GROUPE FRANCOPHONE
DE REHABILITATION AMELIOREE APRES CHIRURGIE

Drug-Free Interventions to Reduce Pain or Opioid Consumption After Total Knee Arthroplasty: A Systematic Review and Meta-analysis. Tedesco D, Gori D, Desai KR, Asch S, Carroll IR, Curtin C, McDonald KM, Fantini MP, Hernandez-Boussard T. JAMA Surg. 2017 Aug 16:e172872.

Résumé

Introduction : Les traitements non médicamenteux bénéficient d’un regain d’intérêt pour réduire la douleur postopératoire, mais leur efficacité reste débattue et il n’y a pas de consensus. L’objectif de cette étude a été d’analyser l’efficacité des techniques non pharmacologiques sur la douleur après PTG (prothèse totale de genou) et de les compiler sous forme d’une méta-analyse).

Matériel et méthodes : Tous les essais cliniques randomisés publiés entre 1949 et avril 2016 comparant les techniques non médicamenteuses de prise en charge de la douleur post-opératoire, avec d'autres modalités de traitement ont été recherché à partir des principales bases de données. Deux examinateurs indépendants ont extrait les données de ces études à l'aide d'une grille de recueil et ont évalué le niveau de preuve et le risque de biais. Les principaux critères d’évaluation étaient la douleur et la consommation post-opératoires d'opioïdes.

Résultats : Sur 5509 études, 39 essais cliniques randomisés ont été inclus dans la méta-analyse (2391 patients). Les techniques les plus fréquemment utilisées étaient le la mobilisation passive, l'exercice préopératoire, la cryothérapie, l'électrothérapie et l'acupuncture.
L'électrothérapie réduirait la consommation d'opioïdes (différence moyenne -3,50 équivalent de morphine en mg/kg/48h avec IC à 95%, -5,90 à -1,10, p = 0,004; I2 = 17%). L'acupuncture retarderait la prise d’opioïdes (différence moyenne, 46,17 minutes à la première demande d’analgésie contrôlée par le patient, IC à 95%, 20,84 à 71,50, p <0,001; I2 = 19%) et réduirait la douleur post-opératoire (différence moyenne, -1,14 sur échèle EVA à J2 avec IC à 95%, -1,90 à -0,38, p = 0,003; I2 = 0%). La cryothérapie permettrait une réduction de la consommation d'opioïdes (différence moyenne, -0,13 équivalent de morphine en mg/kg/48h; IC à 95%, -0,26 à -0,01 avec p = 0,03; I2 = 86%) et diminuerait la douleur post-opératoire (différence moyenne, -0,51 sur échèle EVA avec IC à 95%, -1,00 à -0,02 avec p <0,05; I2 = 62%). La mobilisation passive et l'exercice préopératoire n'auraient aucun effet ni sur la douleur, ni sur la consommation d'opioïdes.

Conclusion des auteurs : Cette méta-analyse montre principalement que l'électrothérapie et l'acupuncture après PTG permettraient de diminuer et de retarder la consommation d'opioïdes.

Commentaires :

Ce que l’on savait avant l’étude : Une mauvaise prise en charge de la douleur post-opératoire favorise la survenue d’une douleur chronique avec risque de consommation prolongée d’antalgiques morphiniques pouvant entrainer une dépendance aux opioïdes qui est un véritable problème de santé publique aux Etats-Unis. De ce fait, l’intérêt est croissant pour les traitements non pharmacologiques de la douleur post-opératoire, mais il y a peu de consensus sur leur efficacité.

Ce qu’apporte cette étude : L'acupuncture et l'électrothérapie améliorent la gestion de la douleur postopératoire et réduisent la consommation d'opioïdes, avec un niveau de preuve modéré. La cryothérapie réduirait la consommation d'opioïdes, sans améliorer la douleur post-opératoire, mais le niveau de preuve est très faible. Par contre la mobilisation passive et l’exercice préopératoire n’ont pas d’effet sur la douleur ou la consommation d’opioïdes. Cependant les résultats de cette méta-analyse sont d’interprétation difficile au vu de l’hétérogénéité des études compilées.