GROUPE FRANCOPHONE
DE REHABILITATION AMELIOREE APRES CHIRURGIE

Introduction : La réhabilitation améliorée après chirurgie (RAC) a joué un rôle important dans l’amélioration de la récupération après cystectomie radicale avec entérocystoplastie (ECP). Le but de cette étude éait d’évaluer la RAC en comparaison avec la prise en charge conventionnelle (PCC) dans ce cadre.
Méthodes : d’octobre 2014 à juillet 2016, les patients ayant un cancer de la vessie et devant être opérés dans 25 centres du Consortium chinois du cancer de vessie était tirés au sort pour être inclus soit dans le groupe RAC soit dans le groupe PCC. Le critère de jugement principal était le taux de morbidité à 30 jours. Les critères secondaires étaient la réalimentation liquide, l’alimentation solide, la reprise du transit, la mobilisation, et la durée d’hospitalisation postopératoire (DH). Le suivi était de 30 jours.
Résultats : Il y avait 144 patients dans le groupe RAC et 145 dans le groupe PCC les complications postopératoires sont survenues chez 25,7% des patients après RAC et 30,3% après PCC avec 55 complications dans chaque groupe (p = 0,40). Il n’y avait de différence pour les complications graves (p = 0,82) ou pour les types de complications (p = 0,99).
Dans le groupe RAC les patients reprenaient plus vite le transit (délai médian : 88 versus 100 H, p = 0,01), toléraient plus rapidement la réalimentation liquide (68 versus 96 H, p < 0,001), l’alimentation solide (125 versus 168 H, p = 0,004), et la mobilisation (64 versus 72 H, p = 0,047) mais avaient le même délai de reprise du transit et la même DH.
Conclusion des auteurs : La RAC n’augmente pas le taux de morbidité postopératoire par rapport à la PCC. Elle est probablement supérieure en termes de reprise du transit, réalimentation et mobilisation des patients.

Commentaires
Ce que l’on savait avant l’étude : Une méta-analyse d’études non randomisées a montré la faisabilité et l’effcacité de la RAC dans cette situation (Tyson MD, et al. Eur Urol 2016;70:995-1003).
Ce qu’apporte cette étude : un essai randomisé donne des résultats d’un meilleur niveau de preuves qu’une méta-analyse d’études non-randomosées. Ce essai chinois multicentrique confirme la faisabilité et l’efficacité de la RAC dans l’entérocystoplastie pour cancer