GROUPE FRANCOPHONE
DE REHABILITATION AMELIOREE APRES CHIRURGIE

Résumé
Introduction : L’iléus postopératoire (IPO) est un problème courant après chirurgie colorectale. Le but de cette étude était d’analyser la fréquence et les facteurs de risques de l’IPO après colectomie pour maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI).
Méthodes : Les patients ayant eu une résection colorectale pour MICI étaient comparés de manière rétrospective aux patients opérés pour cancer dans le cadre d’un protocole de RAC. Le critère de jugement principal était la survenue d’un IPO prolongé (>4j), les critères secondaires étaient le GI-2 (moment du premier repas toléré et du premier gaz), la réinsertion d’une sonde gastrique, et la durée de séjour postopératoire. Les facteurs de risque d’IPO prolongé chez les patients ayant un MICI étaient analysés par régression logistique avec croisement de p.
Résultats : la fréquence de l’IPO prolongé était plus élevée en cas de MICI qu’en cas de cancer (28.8% versus 14.8%, p < 0.001). les patients du groupe MICI avait un délai GI-2 plus long (4.8 ± 2.1 versus 3.7 ± 1.4 d, p < 0.001), une durée de séjour plus longue (10.7 ± 6.2 versus 7.9 ± 5.3 d, p < 0.001), et un taux plus élevé de réinsertion de sonde gastrique (9.8% versus 4.0%, p = 0.02). Après croisement avec un score de propension, les différences étaient toujours significatives. La prise de plus de 20 mg quotidiens de corticoïdes (odds ratio, [OR] = 2.19, p = 0.048), l’hypoalbuminémie (<35 g/L; OR 2.72, p = 0.03), le syndrome inflammatoire (OR 4.91, p = 0.03), et l’infection profonde du site opératoire (OR 9.31, p = 0.001) étaient des facteurs indépendants d’IPO prolongé en cas de MICI.
Conclusions des auteurs : dans le cadre de la RAC, la colectomie pour MICI est associée à un retour tardif des fonctions digestives et un taux élevé d’IPO par rapport aux autres patients opérés d’un cancer. La normalisation de l’albuminémie, l’arrêt des corticoïdes, la réduction du syndrome inflammatoire et la gestion précoce des infections postopératoires éventuelles pourraient réduire l’IPO dans cette population

Commentaires :
Ce que l’on savait avant l’étude :
La RAC améliore le délai de reprise des fonctions gastro-intestinales, notamment dans la chirurgie de résection des cancers colorectaux en diminuant notamment cette inflammation.
Une étude chinoise de 2015 rapporte une amélioration de la récupération des fonctions gastro-intestinales par le biais de la RAC, dans le contexte de chirurgie pour maladie de Crohn. Par ailleurs, il est connu que les MICI se compliquent plus fréquemment sur le plan septique (abcès de site opératoire, fistule anastomotique..) que les cancers colorectaux.

Ce qu’apporte cette étude :
La colectomie dans le cadre des MICI est associée à un retour plus tardif des fonctions digestives. Toutefois, cela est à mettre en balance avec le fait que la colectomie dans le cadre des MICI se complique également plus fréquemment. En effet, il n’est pas précisé quelles sont les complications ayant eu lieu dans les deux groupes de patients appariés mais il est possible que celles-ci soient significativement différentes…
Tout sepsis intra-abdominal peut favoriser l’apparition d’un IPO prolongé, il s’agit dans ce cas d’un iléus secondaire. Cela apparaît très bien dans l’analyse multivariée où la présence d’un sepsis intraabdominal augmente de 9.31 fois le risque d’IPO. Les autres facteurs associés à l’iléus en analyse multivariée sont aussi des facteurs de risque de fistule anastomotique.
Un IPO chez un patient opéré pour une MICI doit faire rechercher une fistule anastomotique.